Je suis profondément touchée par ce que je vois, ici, depuis mon arrivée à Barcelone, il y a

quelques jours.

Je vois tous ces souverainistes, militants, dirigeants politiques, gens de la société civile, unis

et déterminés à faire en sorte, coûte que coûte, que le peuple catalan puisse s’exprimer

démocratiquement sur l’avenir de la Catalogne. Je les sens blessés aussi de se voir nier

comme peuple ce droit fondamental de tenir un référendum sur leur avenir politique.

À l’appel du président, Artur Mas, une coalition pour le Oui, Junts pel Si, qui regroupe des

partis politiques et des personnes de tous les horizons, de la gauche à la droite a vu le jour

et les Catalans iront aux urnes le 27 septembre. Ce sera en quelque sorte une élection

référendaire, où chaque vote compte !

Bien entendu, toute cette effervescence me replonge dans les souvenirs du référendum

québécois, de 1995, il y aura vingt ans à la fin d’octobre. Nous sommes venus si près de le

gagner ! Il a manqué 50 000 votes sur cinq millions… Malgré cette immense déception et

toutes ces années d’hésitation, on sent qu’un nouveau souffle anime maintenant les

souverainistes et que le Québec reprend à nouveau la marche vers son indépendance. Vous

n’êtes pas seuls.

Encore cette année, la Diada a vu une foule immense descendre dans la rue pour réclamer

son indépendance, sa liberté. Vous, Catalans, êtes un peuple courageux, fier et persistant. Je

vous souhaite le meilleur !

Lisette Lapointe

Saint-Adolphe-d’Howard, Québec